Nosographies psychiatriques actuelles


Recherches sur les nosographies psychiatriques actuelles (DSM IV & V; CIM-10)

Médicalisation des difficultés scolaires (Claire Metz)

Ces dernières années, l’évolution des DSM et leur influence grandissante au niveau des dispositifs de scolarisation, a entraîné une médicalisation de la difficulté scolaire sous la forme de « diagnostics » portant sur ce qu’on appelle communément les « troubles des apprentissages ». Si les manifestations décrites sont bien réelles et n’appellent pas de doutes, ce sont les traitements de ces difficultés qui sont en question tels que :
– le renvoi à des spécialistes entreprenant diverses rééducations sans prise en compte de la
dimension psychoaffective dans l’appréhension des troubles « dys »
– de ce fait une déresponsabilisation des professionnels de l’éducation
– la dénomination sous le terme de handicap plus ou moins appréhendés comme irréversible.
La difficulté scolaire n’est plus, ou plus assez dans ces cas, envisagée comme susceptible d’évolution par le biais d’une didactique revue différemment, ni perçue comme pouvant être une composante du fonctionnement mental sous forme de symptôme, d’inhibition, ou d’expression de la structure psychique (Chagnon, 2006).

Deux projets en découlent :
 

  • Financement 2016-2018 « Les réponses des ESPE aux difficultés des enseignants débutants : Etude des dispositifs de prévention du décrochage professionnel des enseignants débutants du 1er degré » Ce projet est accepté et financé en partie par le GIS « Education et formation » de l’Unistra. (C. Metz et al.)
  • Approche clinique des difficultés scolaires et élaboration de dispositifs de remédiation.
    La recherche vise à mettre en lumière les données cliniques et scolaires recueillies de manière longitudinale auprès d’élèves en difficulté scolaire importante, et de saisir leur évolution grâce à des dispositifs singuliers de prise en charge déterminés en fonction de ces données.
    Du point de vue méthodologique, les données sont recueillies par des psychologues scolaires de l’enseignement primaire en Alsace et analysées dans l’après-coup de la pratique. Elles sont composées de bilans psychologiques, d’entretiens avec les parents, avec l’enfant, et avec le ou les enseignants (s).
    Les résultats attendus permettront de mettre en évidence la pertinence d’une prise en charge pluridisciplinaire (enseignants, psychologues), singulière (étude au cas par cas et selon l’évolution) tenant compte du fonctionnement mental de l’enfant. Au-delà du déterminisme de certains diagnostics médicalisés qui réifient les difficultés scolaires de l’enfant, cette perspective permettrait d’ouvrir des pistes efficaces de prévention et de remédiation. Deux post-doctorants (P. Meyer auteur de la thèse « Approche clinique de la difficulté d’apprendre à l’école chez l’enfant de 3 à 12 ans » et E. Cola-Kuhn auteure de la thèse « La question du sujet en éducation ») se chargent de cette question qui prolonge leur thèse. Publications et communications (Meyer, 2015) sont poursuivies dans ce projet.

Violence et radicalité (Patricia Cotti)

Études des processus psychiques à l’œuvre chez les personnes adhérant ou basculant dans une idéologie extrémiste (politique et/ou religieuse) et pouvant commettre des violences publiques.  (Patricia  Cotti)

  • Études de cas de terroristes d’extrême-droite, djihadistes ou autre : processus psychiques liés à la radicalisation des idées et aux passages à l’acte (terroriste, de violence). En particulier études sur des cas de loups solitaires ou acteurs solitaires. Partenariat local en Alsace SOS Aide aux habitants.
  • Processus de conversion et radicalisation chez les jeunes.
    – Chemin de radicalisation et étapes psychiques dans des cas de départ pour le jihad.
    – L’islamisme des femmes.
  • Étude des discours idéologiques et matériaux de radicalisation. Position concernant les libertés, les femmes/ le féminin, l’identité religieuse, l’identité communautaire, nationale ou religieuse. Conception et réécriture de l’Histoire, histoires de soi/ histoire du groupe. Étude des théories du complot, de leur message, de leur mode et méthode d’attraction et de leur pouvoir de conviction. Partenariat international avec le Center on Terrorism, John Jay College, New York City. Partenariat national avec l’université de Picardie/ Amiens; Université Paris Sorbonne
  • Études des croyances, des visions de l’avenir, des idées apocalyptiques dans l’extrémisme religieux ou politique. Nouvelles formes de l’antisémitisme : programme de recherche en collaboration inter- universitaire et pluridisciplinaire: financements Licra.
  • Études du positionnement et des discours lors de la confrontation à la justice. Discours sociétaux des acteurs de la contre-radicalité (personnels judiciaires, policiers, éducateurs, psychologues, journalistes). Recherches-actions en partenariat avec les ministères (justice, intérieur): sur dossiers d’instruction (acceptation en cours).
  • Mise en question des notions de délires « paranoïde » et « paranoïaque »  dans le cas du norvégien A. B. Breivik.

Effets des violences terroristes de novembre 2016 à Paris. (Marie-Frédérique Bacqué).

Analyse des effets spécifiques des attentats de novembre sur le deuil des individus et des familles en collaboration avec L’INVS (Institut National de Veille Sanitaire) dénommé aujourd’hui France Santé Publique. M-F Bacqué a participé à la recherche IMPACT. (http://invs.santepubliquefrance.fr/actesterroristes) pour rédiger les questions portant sur le psychotraumatisme et les deuils des victimes des attentats du 13 novembre. Traitement des réponses obtenues au webquestionnaire sur toute la partie DEUIL. 

Burnout chez les psychologues et psychiatres en oncologie (M-F Bacqué)

Cette étude a été débutée en 2015. Le réseau international de Psycho-oncologie a décidé d’étudier la charge psychique des psychologues et psychiatres en oncologie. L’Autriche, l’Italie, l’Allemagne et le Royaume Uni ont déjà répondu à cet appel. M-F Bacqué a décidé de diriger l’étude correspondante en France. M-F Bacqué et Phyllis Butow sont convenues d’élargir l’enquête développée par l’université de Sydney sur le burnout des psychologues et psychiatres en oncologie. La traduction du webquestionnaire (M-F Bacqué et M. Cabon- étudiante en M2 R) développé par les collègues de Sydney a été suivie d’une back-translation par Anne Chesnay (psychologue bilingue-anglais). Une lettre d’introduction a été
élaborée pour introduire la recherche, en proposer les conditions pratiques et éthiques et soumettre le questionnaire en ligne. La collaboration avec P. Enderlin va permettre le traitement descriptif des résultats du questionnaire. La population étudiée a été contactée par le biais de la SFPO (Société Française de Psycho-Oncologie). 147 psychologues et psychiatres ont fourni des réponses valides. Le questionnaire a été conçu à partir du Maslach Burnout Inventory additionné de questions spécifiques à la pratique psychologique.