Séminaire de suivi des thèses

Dates du séminaire de suivi de thèse 2018 – 2019 :

Les doctorants de SuLiSoM – EA 3071 sont invités à suivre le séminaire de suivi de thèse organisé par Anne Thevenot et Marie-Frédérique Bacqué les jeudis de 16h à 18h en salle 313 aux dates suivantes :

  • 04 octobre 2018
  • 22 novembre 2018
  • 13 décembre 2018

Les prochaines dates seront données ultérieurement.

SOUTENANCE DE THESE de Sarah Toparslan

Date : 28/09/2018

Horaire : 09h00

Lieu : salle Redslob de la Faculté de droit de Strasbourg, Université de Strasbourg

Titre : Le devenir père. Étude comparative transculturelle entre les hommes français et turcs de France. Résumé et invitation

Composition de jury :

  • Hossaïn Bendahman, Directeur de recherches, Université de Strasbourg
  • Lahlou Mohamed, Rapporteur externe, Université Lumière Lyon 2
  • Ahmed Ahami, rapporteur externe, Université Ibn Tofail, Maroc
  • Marie-Claude Casper, Examinatrice interne, Université de Strasbourg.
  • Malika BENNABI, Examinatrice externe, Université de Picardie

SOUTENANCE DE THESE de Raana Karami

Date : 28/09/2018

Horaire : 16h00

Lieu : Salle Ourisson, Institut Lebel, Université de Strasbourg

Titre : Créer un modèle de prédication de la qualité de vie entre les immigrants persanophones en France et au Canada selon leurs caractéristiques et l’intelligence culturelle

Composition de jury :

  • Hossaïn Bendahman, Directeur de recherches, Université de Strasbourg
  • Ali Delavar, rapporteur externe, Université de Téhéran, Liban
  • Ahmed Ahami, rapporteur externe, Université Ibn Tofail, Maroc
  • Claire Metz, Examinatrice, Université de Strasbourg.

 

 

Colloque international
Les 9 et 10 novembre 2018

Faculté de psychologie
Université de Strasbourg

Renseignements et inscriptions en ligne : https://lenfant-non-conforme.fr/

Agrément formation continue : 42670197467

A la suite du colloque « Les nouvelles nosographies et leurs effets dans les champs social, médical et thérapeutique » (2016) nous proposons d’ouvrir notre réflexion sur les difficultés des enfants et des adolescents telles qu’elles sont aujourd’hui pensées, formulées, repérées, accueillies et éventuellement prises en charge dans les lieux où l’on s’occupe d’eux.

Ce colloque s’adresse aux étudiants et chercheurs des disciplines concernées (psychologie, sociologie, sciences de l’éducation) et aux professionnels concernés par les difficultés de l’enfant (psychiatres, psychologues, métiers de l’éducation et de l’enseignement, travailleurs sociaux, personnel médical et paramédical).

 

Avec le soutien de :

Anne Thevenot et Isabelle Galland présentent l’ouvrage :

« Autisme. Quelle place pour la psychanalyse ? », Editions Michèle, 7 juin 2018

le jeudi 22 novembre 2018, de 18h30 à 20h

En présence de :  Juan-Pablo Lucchelli

Lieu : Amphi Viaud – Faculté de psychologie, Unistra,  12, rue Goethe – 67000 Strasbourg

Il est maintenant largement admis que l’autisme, quelles que soient les formes cliniques qu’il prenne, est un trouble neurobiologique qui détermine un rapport différent aux autres et au monde. Une fois l’origine neurobiologique admise, l’enjeu, pour les soignants, pédagogues et parents des autistes adultes et enfants, est de leur faire une place dans ce monde, chacun selon leur spécificité. En France, et en raison de l’influence de la psychanalyse, il y a toujours eu une tendance à considérer que l’autisme était une psychose infantile.
Un des premiers cas d’autisme a été décrit par la psychanalyste Mélanie Klein (le fameux « cas Dick ») dans les années 30. Au début des années 50, quand en France on connaissait peu le travail pionnier de Léo Kanner, Jacques Lacan, devançant ainsi la notion actuelle d’attention conjointe, s’est intéressé au cas Dick, pour lequel il a développé un « modèle optique » de la personnalité, sans toutefois se prononcer quant à son diagnostic.
Ce livre explore différentes approches théoriques de l’autisme depuis la psychanalyse jusqu’aux sciences cognitives. Son auteur prend appui non seulement sur la littérature scientifique, mais aussi sur des exemples cliniques de sa propre pratique pour arriver à une conclusion précise quant à l’indication du traitement psychanalytique des autistes. Le psychanalyste peut-il à lui seul être une réponse thérapeutique à l’autisme ? Certainement pas.
La psychanalyse est-elle indiquée chez les autistes ? Elle l’est à condition qu’elle refonde entièrement sa conception de l’autisme, comme certains psychanalystes l’ont fait ces dernières années, ce dont ce livre fait état.

Auteur : Juan-Pablo Lucchelli, Préface : Jean-Claude Maleval, Postface : Ariane Giacobino

Juan-Pablo, est psychiatre et psychanalyste à Paris, médecin responsable du CMP pour enfants et adolescents de la Courneuve (hôpital de VilleÉvrard), membre associé du “Laboratoire de Psychopathologie et Clinique Psychanalytique”, E.A. 4050, Université de Rennes 2.

Entrée gratuite, sans inscription. Séminaire Ouvert aux professionnels et étudiants

SOUTENANCE DE THESE de Cécile Bréhat

Date : 14/12/2018

Horaire : 14h00

Lieu : Université de Strasbourg

Titre : Construction du maternel dans les situations de grande prématurité

Composition de jury :

  • Anne Thevenot, Directrice de recherches, Université de Strasbourg
  • François Ansermet, Rapporteur externe, Université de Genève, Suisse
  • Denis Mellier, rapporteur externe, Université de Besançon
  • Liliane Goldsztaub, Examinatrice interne, Université de Strasbourg.

Titre : « Violences dans le couple et rapports de genre : analyses à partir de l’enquête Virage »

Date : Lundi 5 mars 2018

Horaire :  18h à 20h 

Lieu : MISHA – Salle des conférences – 5 Allée du Général Rouvillois, Campus Esplanade / Strasbourg

Avec :

Alice Debauche, Sociologue, MCF, Unistra 

 

Ce séminaire souhaite poursuivre l’exploration, dans une approche pluridisciplinaire (psychologique, juridique, sociologique et historique), des facteurs déterminants et enjeux psychiques à l’œuvre dans les violences conjugales. Nous proposons cette année d’opérer un décalage par rapport à la violence faite aux femmes pour envisager davantage cette question des violences conjugales sous l’angle du lien de couple. Il s’agit alors de considérer la violence adressée à l’autre du côté de ce qui peut se jouer dans le corps à corps. Quels liens, quels scénarii de domination viennent se rejouer entre les deux protagonistes ? Comment les déterminants individuels et les représentations collectives participent-ils au nouage du lien dans le couple ? Comment ce lien perdure-t-il avec ces scènes violentes, souvent enfermées dans la sphère privée ? Comment les normes juridiques et sociales s’articulent-elles à ces problématiques ?

Pour connaître les prochaines dates

Télécharger la plaquette 2017-2018

 

 

Séminaire de recherche du laboratoire SuLiSoM 2017-2018 organisé par Laure Razon.

 

Titre : L’enfant et l’institution : prise en charge de la souffrance ou souffrance dans la prise en charge ?

Intervenants : Andrée Bauer, psychiatre, directrice CMPP Strasbourg ; Martin Roth, pédopsychiatre, CHU Strasbourg.

Date : Mardi 13 mars 2018

Horaire : 18:30h-20h

Lieu : Amphi VIAUD, Faculté de Psychologie, 67000 Strasbourg

 

Pour connaître les autres dates

Titre : « Les causes d’irresponsabilité invoquées par les parties »

Date : Lundi 26 mars 2018

Horaire :  18h à 20h 

Lieu : MISHA – Salle des conférences – 5 Allée du Général Rouvillois, Campus Esplanade / Strasbourg

Avec :

 

Madeleine Lobé Lobas, Juriste, MCF-HDR UHA

 

Ce séminaire souhaite poursuivre l’exploration, dans une approche pluridisciplinaire (psychologique, juridique, sociologique et historique), des facteurs déterminants et enjeux psychiques à l’œuvre dans les violences conjugales. Nous proposons cette année d’opérer un décalage par rapport à la violence faite aux femmes pour envisager davantage cette question des violences conjugales sous l’angle du lien de couple. Il s’agit alors de considérer la violence adressée à l’autre du côté de ce qui peut se jouer dans le corps à corps. Quels liens, quels scénarii de domination viennent se rejouer entre les deux protagonistes ? Comment les déterminants individuels et les représentations collectives participent-ils au nouage du lien dans le couple ? Comment ce lien perdure-t-il avec ces scènes violentes, souvent enfermées dans la sphère privée ? Comment les normes juridiques et sociales s’articulent-elles à ces problématiques ?

Pour connaître les prochaines dates

Télécharger la plaquette 2017-2018