Journée scientifique


 

 

Fondements anthropologiques et rituels des thérapies psychanalytiques

Samedi 11 octobre 2014 – Faculté de psychologie, Amphi Viaud, Université de Strasbourg

video_journee_detude_11_octobre_2014L’apparition de la psychanalyse s’est inscrite dans la longue histoire des rituels thérapeutiques et médicinaux. Elle en a repris certains fondements anthropologiques, tout en inaugurant une méthode inédite qui s’inscrit dans la modernité de l’époque 1900.

À l’orée du XXIe siècle, dans un monde occidental branché à « haut débit » sur un lien social promoteur de nouveaux discours d’ascendance libérale, l’influence des psychothérapies d’orientation psychanalytiques, et partant des cures psychanalytiques, est fortement contestée. À une époque marquée par la sortie des grandes idéologies, les discours postmodernes remodèlent les expressions de la psychopathologie chez des sujets désarrimés et en perte de repères. Un symptôme majeur se révèle : la confirmation d’une équivalence des différents savoirs, alors même que l’efficacité (au sens positiviste du terme) devient désormais le critère thérapeutique par excellence.

Dès lors, mais dans un mouvement en décalage, il peut sembler pertinent de réinterroger certains fondements anthropologiques et rituels de « l’efficacité symbolique » (Lévi-Strauss) propre à la psychanalyse et à un certain nombre de thérapies « psychodynamiques ». De fait, à l’aune d’éclairages historiques, cliniques, éthiques et épistémologiques, nombre d’enjeux théoriques et pratiques méritent d’être explorés à partir d’un dialogue serré mais ouvert, entre psychanalyse et anthropologie.

Quelques questions cardinales s’imposent : Les thérapies psychanalytiques trouvent-t-elles partie de leurs racines dans les thérapies traditionnelles ? Y a-t-il une place pour la « croyance » dans la cure psychanalytique ? La cure analytique s’apparente-t-elle à un rite ? Quels sont les grands schèmes anthropologiques impliqués dans les thérapies analytiques ? Quelle envergure et portée donner à l’« anthropologie psychanalytique » ? Quelle est la valeur des rites dans les dispositifs psychothérapeutiques en général, et dans la psychanalyse en particulier ?

Psychologues, psychanalystes, psychiatres et anthropologues proposeront un certain nombre de pistes de réflexion en réponse à ces questions qui interrogent rien de moins que le cœur anthropologique de la psychanalyse. Le point d’orgue de cette journée d’étude sera une discussion approfondie avec le Docteur Richard Rechtman (psychanalyste et anthropologue, EHESS, Paris)

Journée ouverte à tout public. Entrée gratuite

Programme

9h : Accueil des participants

9h15 : Ouverture de la journée – Sébastien DUPONT et Stéphane GUMPPER

9h30 : Vue d’ensemble des grands thèmes anthropologiques impliqués dans les thérapies d’orientation psychanalytique – Sébastien DUPONT

10h15 : Les thérapies traditionnelles fondées sur la dette d’alliance matrimoniale – Charles-Henry PRADELLES DE LATOUR

11h : Pause

11h15 : La force du collectif Marie-Frédérique BACQUÉ 

12h : Déjeuner

14h : Institution soignante efficace et crise du sujet : un paradoxe ? L’exemple de l’antipsychiatrie – Camille VEIT

14h45 : Y a-t-il une place pour le « religieux » dans la psychanalyse ? – Stéphane GUMPPER

15h30 : Pause

15h45 : L’usage social de la psychanalyse : approche anthropologique – Richard RECHTMAN

16h45 – 17h : Clôture de la journée avec Guy CHOURAQUI

Participants

  • Marie-Frédérique Bacqué,Psychanalyste, Professeur des universités, SULISOM (Subjectivité, lien social et modernité), Université de Strasbourg
  • Hossaïn Bendahman, Psychanalyste, Maître de Conférences, HDR, Université de Reims, Membre de l’équipe d’accueil SULISOM (Subjectivité, lien social et modernité – EA 3071), Université de Strasbourg
  • Guy Chouraqui, Maître de conférences en physique, actuellement retraité, il a longtemps enseigné l’histoire et l’épistémologie de la psychanalyse à l’Université de Strasbourg
  • Sébastien Dupont, Psychologue, Maître de conférences associé, SULISOM (Subjectivité, lien social et modernité – EA 3071), Université de Strasbourg
  • Stéphane Gumpper, Psychanalyste, Chercheur associé, SULISOM (Subjectivité, lien social et modernité – EA 3071), Université de Strasbourg
  • Charles-Henry Pradelles de Latour, Ethnologue africaniste, directeur de recherche émérite du CNRS, Psychanalyste, Strasbourg
  • Richard Rechtman, Psychiatre, Anthropologue, Directeur d’études, EHESS, IRIS (UMR8156-U997), Paris
  • Camille Veit, Psychologue clinicienne, Doctorante en psychologie clinique à l’Université de Nice Sophia Antipolis, LIRCES (Laboratoire Interdisciplinaire Récits, Cultures et Sociétés)

Partenaires

logopsycho

  • Lieu : Faculté de psychologie (Amphi Viaud) – Université de Strasbourg – 12, rue Goethe, 67000 Strasbourg
  • Modalités de participation : Entrée gratuite sur inscription (capacité d’accueil : 120 places)
  • Inscriptions auprès du secrétariat : Sandrine Amé

Pour soutenir financièrement cette action de formation et nous aider à l’organiser, vous pouvez faire un don à notre laboratoire contre reçu fiscal, à la Fondation de l’Université de Strasbourg, soit en ligne cliquez ici

Merci de flécher votre don au laboratoire SULISOM EA 3071.

Le laboratoire SULISOM vous remercie pour votre aide.

Les thérapies à médiation animale

Samedi 24 mai 2014 – Faculté de psychologie, Université de Strasbourg

Avec le soutien de la Fondation A et P Sommer, sous l’égide de la Fondation de France

Depuis l’aube des temps, les hommes ont vécu avec des animaux. Sauvages, journée-médiation-animale-24mai-VA4domestiqués ou domestiques, nos congénères ont toujours fait partie de nos vies, de nos représentations, de nos mythes et de nos croyances.

Pour chacun de nous, la relation à l’animal peut s’avérer étonnamment riche en communication, en émotions et en effets psychologiques.

Depuis quelques décennies, des professionnels ont mis à profit les vertus intrinsèques de la relation à l’animal dans des dispositifs institutionnels et thérapeutiques, que ce soit auprès d’enfants, d’adultes ou de personnes âgées, souvent en situation de souffrance ou de handicap. La rencontre de l’animal n’y est jamais une fin en soi, mais un support de communication, d’identification et d’expression.

Cette journée d’étude propose une exploration du domaine encore méconnu des thérapies à médiation animale, en abordant à la fois les fondamentaux de la relation homme/animal et divers applications cliniques. Psychologues, neurophysiologistes, éthologues, éducateurs et soignants partageront leurs expériences pour éclairer les enjeux, les indications, les effets et les limites de ces méthodes créatives.

Journée ouverte à tout public. Entrée gratuite

journée-médiation-animale-24mai-VA4

Vers les vidéos de la journée

 Programme

9h30 : Allocution d’ouverture par Boris ALBRECHT, Directeur de la Fondation A et P Sommer

9h45 : »La relation homme/animal », Georges CHAPOUTHIER,

10h30 : « L’enfant et l’animal », Hubert MONTAGNER

11h15 : Les animaux dans la mythologie, Anna LADYGUINA

12h : Discussion

12h15 : Déjeuner

14h : Les activités associant l’animal en milieu sanitaire,
social et médico-social, Robert KOHLER – Docteur en droit, directeur d’EHPAD, Kunheim

14h30 : « L’homme et l’animal face à la mort », Marie BLONDEAU

15h : Discussion

15h30 : « La famille poussin : à propos d’une expérience réalisée dans un hôpital de jour pour enfants », Françoise DESCHAMPS et Emilie PUERTAS

16h : « L’enfant, le cheval et la psychomotricienne », Maëlle LARGENTIER

16h30 – 17h : Discussion générale animée par Marie PELÉ. Conclusion et clôture

Participants

  • Boris Albrecht, Directeur de la Fondation A et P Sommer
  • Georges Chapouthier – Neurobiologiste et philosophe; Auteur de nombreux ouvrages, dont « Qu’est-ce que l’animal », Ed. Le pommier, 2004.
  • Anna Ladyguina – Docteure en Psychologie, Strasbourg
  • Marie Blondeau – Docteure Vétérinaire, thérapeute, Saint-Etienne
  • Robert Kohler – Docteur en droit et management des structures sanitaires et sociales, Directeur d’Ehpad, Kunheim
  • Hubert Montagner – Professeur de psychophysiologie retraité, Bordeaux ; Auteur de nombreux ouvrages dont « l’enfant et l’animal », Ed. Odile Jacob, 2002.
  • Françoise Deschamp – Infirmière, Erstein
  • Emilie Puertas – Educatrice spécialisée, Erstein
  • Maëlle Largentier – Psychomotricienne, Erstein
  • Marie Pelé – Docteur en éthologie, Cabinet Ethobiosciences, Strasbourg.

Organisation

Partenaires

logo_fondation_sommer

logopsycho